menu déroulant essai

Rechercher dans ce blog

mercredi 27 février 2013

Interview-chat de Sire Cédric


Il était une fois sur le forum l'Alchimie des mots...

Avant la fermeture de l'Alchimie des mots, j'ai tenu à sauver tous les compte-rendus des interviews-chat que nous avions animées, Sélène et moi, afin de ne pas voir ces merveilleux moments d'échange disparaître en fumée.

C'est avec beaucoup d'émotion que je les partage avec vous sur ce blog.
En espérant que vous prendrez  autant de plaisir à les découvrir (ou les revivre) que nous avons eu à accueillir tous ces auteurs bien sympathiques.

** Avertissement : ces interviews ont été faites lors d'un tchat, ce qui peut expliquer que des fautes de frappe ou d'orthographe puissent être présentes et que certaines phrases puissent s'avérer un peu maladroites. Nous avions préféré conserver le texte en l'état pour ne pas perdre une miette de la spontanéité de ces échanges en direct. ;-)

Voici donc en exclusivité la retranscription intégrale 
de l'interview-chat de :
   

*** Retrouvez ma chronique concernant "Le premier sang" de Sire Cédric, paru aux éditions Pré aux Clerc, par ici : http://les-chroniques-de-lana.blogspot.fr/2012/03/mon-avis-sur-le-premier-sang-de-sire.html

30 Mars 2012, 21h02 : Début de la séance.


Lana
Bienvenue à tous sur le forum l'Alchimie des mots pour cette interview-chat. Je souhaite tout d'abord rappeler rapidement le déroulement de la séance aux membres du forum présents ce soir.
J'ouvre la session en posant les deux premières questions. Une fois que notre invité aura répondu, je donnerai la parole à chacun de vous dans l'ordre d'inscription.
Je vous demanderais de ne pas intervenir tant que je ne vous aurais pas accordé la parole afin de ne pas perturber le bon déroulement de l'interview. Une seule question par personne et par tour. Évidemment je ferai autant de tours de table que nécessaire et ainsi jusqu'à la fin de la séance.
Ce soir, nous avons le plaisir d'accueillir Sire Cédric. Bonsoir Sire Cédric.

Sire Cédric
Bonsoir Lana ^^

Lana
Merci à toi d'avoir accepté notre invitation. Sire Cédric, Pourrais-tu te présenter brièvement à nos membres et nous dire ce qui t'a séduit dans ce projet d'interview-chat pour accepter d'y participer ?

Sire Cédric
Alors... je suis l'auteur de 7 livres, dont 5 romans, dans le genre thriller et fantastique.
C'est la première qu'on me propose le concept d'interview-chat. De nature curieuse, j'ai bien entendu accepté l'expérience. Cela me donne aussi l'occasion de discuter avec des passionnés (et ces derniers temps j'ai de moins en moins de temps pour ma correspondance privée)
Voilà ^^

Lana
Je me suis régalée avec ton dernier roman, « Le premier sang » qui est paru au mois de mars. J'ai vraiment été touchée par ton style, l'histoire, les personnages... mais une chose m'intrigue : lorsque tu as écrit ce roman, as-tu écrit séparément les histoires d'Eva et d'Alexandre Vauvert avant de les imbriquer l'une dans l'autre ou as-tu écrit directement les deux histoires en alternant les points de vue à chaque chapitre ?

Sire Cédric
Tout d'abord, merci ! Mon but est vraiment de faire passer un bon moment aux lecteurs. Quand ça fonctionne, je suis aux anges.
En ce qui concerne les fils narratifs du Premier sang, j'ai commencé à écrire l'histoire d'Eva, puis Alexandre est arrivé naturellement dans la narration, et à partir de ce moment j'ai alterné l'écriture quasiment dans l'ordre de la lecture.
J'écrivais un chapitre ou deux en suivant Eva, puis un chapitre ou deux en suivant Alexandre. Je savais précisément où je comptais arriver, je n'avais qu'à laisser mes personnages m'y conduire. Cette manière d'écrire me permet d'obtenir une vraie fluidité et un vrai va et vient entre les chapitres.
Mais il faut savoir que j'ai beaucoup écrit avant de beaucoup couper : de nombreuses scènes ont ainsi sauté, pour que le rythme soit soutenu du début à la fin, et que les chapitres donnent une impression de fluidité constante.
Voilà ^^

Lana
Merci pour tes réponses, Sire Cédric. Je vais maintenant donner la parole aux membres du forum.
Sophie, c'est à toi.

Sire Cédric
Bonsoir Sophie !

Sophie
Sire Cédric, bonsoir ! Je connais trop vaguement (malheureusement, honte sur moi) ta bibliographie mais je connais ton talent (parce que j'ai une mère mangeuse de livre) : quels conseils donnerais-tu à un jeune auteur, notamment sur le mélange Thriller-Fantastique, la construction de l'intrigue, les recherches...

Sire Cédric
Hahaha.
Je ne vais pas être original, déjà. Je dirai de lire, de lire, de lire. Et ensuite d'écrire, d'écrire, d'écrire. Et ensuite de lire encore plus.
Je suppose que chaque auteur a sa propre manière de travailler, son approche de l'écriture. Mais je pense (en fait j'en suis sûr) que pour apprendre à écrire, il faut être capable de comprendre comment les autres font. Tu vois le personnage de Sylar dans la série Heroes ? Je me suis toujours énormément identifié à ce bonhomme, à son don en tout cas. Son pouvoir à lui est de comprendre comment les choses fonctionnent pour les reproduire. Et la littérature est un artifice, avec uniquement des lettres sur du papier il faut donner l'illusion de la vie, de peronnages, de lieux, d'enjeux énormes... C'est un vrai tour de magie. pour moi, cela n'est pas inné. Cela s'apprend. Et je pense que les techniques sont infinies.
Comprendre comment les autres écrivent, ce n'est pas leur pomper les idées, ni recopier leurs phrases, mais c'est comprendre comment ils font à un moment pour évoquer un ralentissement, comment ils introduisent leurs personnages - quand on écrit le plus dur est toujours de parvenir à faire qu'en seulement quelques lignes le lecteur s'attache à un personnage.
Pour les recherches c'est la même chose, il n'y a pas de formule universelles, je suppose que certains auteurs n'en font pas, d'autres passent six mois à prendre des notes qu'ils ne reliront pas une fois leur livre commencé, d'autres encore cherchent au fur et à mesure des besoins de leur histoire.
Donc, pour résumer, il faut lire. Aimer lire. Si on n'aime pas lire, je doute qu'on devienne jamais un écrivain.
Voilà ^^

Lana
Je suis tout à fait d'accord avec toi, Sire Cédric : en décryptant les écrits des autres on apprend beaucoup, que l'on soit écrivains ou aspirant-écrivain. ;-)

Sire Cédric
Si, j'ajouterai une anecdote, mais je pense qu'elle fera réagir certains : pour mon roman Le Premier Sang, j'ai utilisé à un ou deux endroits des techniques que je n'avais jamais essayées et qui viennent directement de Guillaume Musso. Je précise cela pour bien montrer qu'on peut apprendre de tout, à chaque instant, il suffit d'être curieux et de garder l'esprit ouvert.
Voila.

Sophie
Finalement, ma manière de décortiquer les films et les romans n'est pas une idée si stupide. Merci, car ça avait tendance à me freiner, je pensais que mon cerveau allait pomper des schémas d'histoire, d'intrigue.

Sire Cédric
Ce n'est pas stupide

Lana
Très intéressant. C'est à toi Nathy !

Nathy
Bonsoir Sire Cedric

Sire Cédric
Bonsoir Nathy

Nathy
Tu disais que tu avais jeté pas mal de choses dans ton dernier roman. Est-ce que c'est toujours le cas ? Qu'est ce qui en motive le choix ?

Sire Cédric
Cela se fait en deux temps.
D'abord, j'écris, je laisse couler le texte.
Puis (au fur et à mesure mais aussi à la fin, en relisant) je coupe tout ce qui n'est pas indispensable. Cela peut être des scènes qui se répètent (la même idée exprimée deux fois sans que cela n'apporte rien à l'avancée de l'histoire)
Ou bien, à quelques occasions, des scènes inutiles dans leur cruauté. J'en ai une en tête pour Le Premier Sang, un sacrifice de petit chien que j'avais écrite, et qui était vraiment insoutenable à coucher sur papier. Non seulement c'était du voyeurisme gratuit, mais cela n'apportait strictement rien à la compréhension de la psychologie des personnages. C'est pourquoi je l'ai retirée.
Couper autant me permet de resserer au maximum le rythme. Ecrire des longueurs et des digressions nécessite des techniques qu'à ce stade je ne maîtrise pas du tout. Je laisse ça aux gens comme King qui peuvent se le permettre ^___^ Et qui resteront passionnants.
Ce que je remarque au bout du compte est que, de toute manière, une fois toutes les longueurs coupées, j'arrive à la longueur parfaite pour un roman (dans les 500 pages)
Voilà.

Nathy
Merci

Lana (Pour Tiffange)
Je vais me permettre de poser une question de la part de Tiffange qui n'a malheureusement pas pu être parmi nous ce soir :
« J'ai vu sur ta page Facebook que tu as fait un petit tour au musée H.R. Giger, dans la belle cité de la Gruyère (à deux pas de chez moi ! ;-) ) J'espère que tu as gardé un beau souvenir de ton séjour dans ma petite Suisse. Est-ce un univers qui pourrait t'inspirer pour un roman ? »

Sire Cédric
Alors.
J'adore Giger ! C'était la première fois que je voyais ses oeuvres originales, et c'était un grand moement pour moi. En revanche je doute m'essayer aux univers biomécaniques pour l'instant, car je ne vois pas ce que je pourrais apporter à ce genre déjà surexploité.
Voilà ^^
(ah, si, les paysages de Suisse étaient extraordinaires, on se serait cru dans Phenomena ^^)

Lana
Laetitia, c'est à toi.

Laetitia
Une question un peu décalée : pourquoi Sire Cédric ? Comme pseudo...
(Et rebonjour)
Lol question piège ? Mdr

Sire Cédric
Ahhhhhhhhh.
Cela faisait longtemps ^___^ Ce pseudo, je l'ai depuis longtemps, et au début il n'était pas du tout censé devenir un pseudo à utilisation professionnelle.
Non, non, pas une question piège, je comprends qu'on se la pose.
Disons que je me le suis cherché ^^
C'était un surnom qu'on m'avait donné à une époque où je passais mes journées à lire des auteurs romantiques. Comte de Lautréamont, Lord Byron, Marquis de Sade etc etc. A quoi s'était ajouté le côté vampire, le côté français, etc, tout un tas de clins d'oeil au 36e degré. Et au fil des années tous mes amis m'appelaient Sire C. (pour le jeu de mot)Ils le font encore, d'ailleurs.
Quand j'ai commencé à publier, je ne me suis pas posé la question. C'est un pseudo à double tranchant, car d'une part il reste en tête. Et ça, c'est côté extraordinaire qu'il a. Mais je sais que d'autre part, au premier abord, on ne m'a jamais pris au sérieux. Et je parle des lecteurs, comme des journalistes, comme des libraires.
Mais c'est un peu naturel ^___^ donc je ne me plains pas (trop).
A l'heure actuelle, les lecteurs n'ont plus cette barrière. Mais les journalistes l'ont encore. Et certains libraires, qui ne me mettent pas en rayon car ils considèrent que je dois écrire du twilight...
Mais tout cela est en train de changer... tout doucement. Je dois énormément aux bloggeurs, notamment, qui ont fait marcher le bouche à oreilles !
Voilà ^___^
Ah si, j'ajoute que ce n'est que ça : un pseudo. Je vais citer King pour la millième fois mais, tout de même, c'est l'histoire, pas celui qui la raconte, le plus important ^^
Voilà voilà.

Laetitia
OK ! Merci ! vive les bloggeurs !!! :p

Lana
Je lance un deuxième tour de table en posant une nouvelle question : as-tu toujours souhaité devenir écrivain ou envisageais-tu de pratiquer un tout autre métier ?

Sire Cédric
La vérité ? J'ai toujours rêvé de devenir écrivain. Je l'ai toujours voulu. Mais est-ce que j'y croyais ? Franchement, non.
J'ai écrit durant toute mon adolescence, une bonne dizaine de romans. Ils étaient tous très mauvais, bien sûr, et fort heureusement pour moi ils ont disparu ^__^
Je rêvais de publier un jour, mais comme tout le monde me soutenait que c'était impossible de faire ce genre de métier, je n'y croyais pas vraiment. Pourtant écrire est ce qui me rend le plus heureux au monde.
Pendant une paire d'années j'ai même presque baissé les bras. Et là, j'ai été *vraiment* très malheureux. J'ai recommencé à écrire, plus sérieusement. J'ai redoublé mes envois aux maisons d'éditions. Et l'une d'entre elles a fini par me dire oui. A cet instant, j'ai tout cessé. Toute activité alimentaire. Pour ne plus faire qu'écrire. Parce que je pense qu'il est impossible d'avoir deux métiers à temps complet en même temps. Et il était devenu évident pour moi que je voulais vivre de ma passion. Sinon cette passion serait éternellement laissée de côté.
C'était un pari risqué, mais j'ai eu de la chance.
Aujourd'hui, je n'imagine pas faire autre chose.
J'ajouterai juste une précision, qui me semble importante. Je pense que ce qui m'a sauvé c'est de ne jamais avoir publié mes oeuvres de jeunesse à compte d'auteur comme on me le proposait.
Voilà ^^

Lana
On sent ce plaisir que tu as eu à écrire dans ton roman et c'est ce qui donne, je pense, la petite "pointe de douceur" dont je parlais dans ma chronique. ;-) Et concernant le compte d'auteur, c'est un terrible piège pour les aspirants-écrivains.

Sire Cédric
Ah ah.
Juste un mot. Sur le compte d'auteur, sans vouloir insulter ceux qui s'y sont retrouvés mais il faut savoir une chose super simple, qu'il faut garder en tête : si on nous propose de payer un seul centime = escroquerie. Et fiscalement comme socialement, quelqu'un qui passe par un système de ce genre n'est pas légalement un écrivain. Sans aucune notion de qualité, purement légalement.
Un livre qu'on a payé pour fabriquer n'est pas un livre. Les libraires n'ont pas le droit de le vendre. Et la personne qui a fait éditer son livre ainsi n'est pas un écrivain mais un commerçant (puisqu'il doit le vendre lui-même)
Ce que je veux dire, c'est que le Fisc veille et traque, car pour eux, c'est du travail dissimulé. Et c'en est, de fait, car les pauvres n'ont jamais payé d'Urssaff, de taxe professionnelle, etc, car ils ne savaient pas, et ils se prennent des redressement alors qu'à la base, ce sont eux qui ont été trompés.
Je voulais juste le dire (même si c'est crier dans l'espace)
voilà ^__^

Laetitia
D'accord avec tout ça... J'en connais qui y ont laissé des plumes... Puis honnêtement, autant aller soi-même à l imprimeur plutôt que de donner 2000 euros à n'importe qui lol

Lana
Merci pour ces précisions. Le compte d'auteur est à proscrire absolument !
Sophie ? Es-tu prête ?

Sophie
Sympa d'avoir (re)précisé tout ceci, beaucoup pense qu'écrivain n'est pas un métier...
As-tu une ambiance d'écriture ? Comme une musique qui te permet de bien te plonger dans l'écriture d'une scène spécifique, ou visionner un film pour être plus inspiré, ou autre chose... ?

Sire Cédric
Alors, premièrement, oui, écrivain, c'est un métier. Un métier extrêmement spécial, car c'est en même temps une passion, et finalement pas un métier ^^ Un beau paradoxe.
Pourtant, on ne peux commencer à écrire quelque chose de bon que du moment qu'on le fait pour les autres, comme un métier. Le fait que ce soit un métier, pour moi, aussi, implique un niveau d'exigence que je n'aurais jamais eu en écrivant pour moi. Je considère que je n'ai pas le droit de décevoir, du point de vue de la qualité, mes lecteurs, qui vont débourser de l'argent pour me lire.
Je n'ai pas d'ambiance systématique pour arriver à cela. Je pense que ce qui définit mes journées de travail est essentiellement... le travail ! Comme je le disais tout à l'heure, en termes de techniques, j'essaie d'apprendre, à chaque nouveau livre que j'écris. Je me considère encore comme un débutant. J'ai vraiment tout à apprendre de ce métier. Chaque livre est une occasion d'expérimenter. Et je fais de même avec mon environnement. J'essaie d'écrire le soir, le matin, chez des amis, dans des chambres d'hôtel, avec de la musique, au bord de la plage...
Voilà

Lana
Nathy, as-tu une autre question ?

Nathy
Les gens en général ne considèrent pas les activités artistiques comme des métiers.
Tu as mis combien d'années avant de trouver un éditeur qui accepte d'éditer un de tes manuscrits, Tu as eu beaucoup d'échecs ?

Sire Cédric
Le problème de l'écriture, et de l'art en général, oui, c'est que ce n'est pas considéré come un métier par la plupart des gens, car tout le monde s'imagine qu'il peut le faire.
Si on paye un comptable pour faire un bilan, il va nous le rendre on va dire merci et le payer. Mais si une entreprise paye, disons, un graphiste pour lui proposer une maquette de logo, ou autre, le bonhomme va amener son travail et toute l'entreprise va débouler, et dire, moi j'aurais mis du bleu, plutôt, ou une autre personne dira, mais moi j'aurais fait l'inverse, etc... C'est humain ^^
La conséquence, à mes yeux, est que la plupart des gens ne réalisent pas leurs limites.
J'ai en effet envoyé des manuscrits à des dizaines d'éditeurs, quand j'avais une vingtaine d'année, y compris Bragelonne, etc. Tous m'ont répondu la lettre classique "cela n'entre pas dans nos collections". Sur le moment on enrage, mais la vérité c'est juste que c'est une façon très polie de nous dire : "votre boulot n'est pas publiable, désolés", sans (trop) froisser l'auteur, car, après tout, il peut écrire quelque chose de super l'année d'après
Les éditeurs sont eux aussi un paradoxe : ils ne cherchent pas de manuscrits. (si vous voyez une annonce sur le net ou ailleurs disant : nouvel éditeur cherche des auteurs... vous pouvez fuir très vite) Et en même temps ils attendent de trouver quelque chose à publier pour gagner de l'argent. Donc ils ne vont pas décourager les écrivains, d'où la lettre très sobre qui évite de dire à l'auteur que son manuscrit n'est pas encore à la hauteur.
Comme tout le monde, j'ai eu droit à ces lettres. Et à l'époque comme tout le monde je bouillais. Mais j'ai tout jeté et j'ai à chaque fois recommencé à écrire de nouvelles choses. En mettant la barre plus haut à chaque fois. En gros je me suis toujours comparé à ce que je lisais (les Stephen King, les Fred Vargas et autres, toujours les plus grands) et je me disais : objectivement, est-ce que j'écris tient la comparaison ? Et forcément, non.
On en revient à ce qu'on disait tout à l'heure sur le besoin de comprendre comment font les pros pour apprendre à s'améliorer. J'ai dû écrire une dizaine de romans, donc, avant d'avoir un éditeur qui me propose de me publier un recueil de nouvelles (déjà publiées en magazines, et qui étaient à l'époque le meilleur de ce que j'avais écrit de ma vie)
Puis j'ai eu la chance de publier un premier roman, Angemort, qui est aujourd'hui épuisé et qu'on me demande sans cesse, mais avec le recul je dois avouer que ce roman n'est pas..... indispensable ^__^ C'était mon premier roman publiable, je ne sais pas si ça suffit à en faire un "bon" roman ^^
Pour conclure et répondre plus précisément, j'ai commencé à écrire dans mon coin à 10 ans, j'ai commencé à démarcher les éditeurs à 20 ans, et j'ai été publié par un éditeur pro (distribué en librairies etc) l'année de mes 30 ans.
Voilà ^^
Et je dois dire qu'à 20 ans j'étais incapable d'assumer le métier que je fais aujourd'hui

Lana
Laetitia, as-tu encore une question ?

Laetitia
Reviendras-tu nous voir si un jour tu deviens l'auteur incontournable du siècle ? En gros, n'as-tu pas peur de prendre un jour la grosse tête ? (désolée questions bizarres lol)

Sire Cédric
Laetitia, ta question n'est pas bizarre, c'est juste un préjugé.
Je vais essayer d'être clair ^^
J'écris pour les lecteurs, uniquement pour eux. Pour l'échange, pour le partage, pour vous faire vivre des trucs. Un écrivain n'existe QUE grâce à ses lecteurs. Dire autre chose est un mensonge, ou en tout cas une belle connerie.
Donc c'est moi qui doit tout aux lecteurs, qui ouvrent leur porte feuile pour acheter mes livres, livres qui eux-mêmes n'existent que dans la tête des lecteurs (sans lecteur, un livre, c'est du papier, de l'encre, mais l'histoire, elle n'existe pas)
Tout ça pour dire que, bien sûr, je ne changerai pas. Ces derniers temps j'ai beaucoup de mal à répondre à mes mails. J'ai moins de temps (et c'est un euphémisme) pour mes amis, pour les gens que je croise etc.
Mais cela ne changera jamais rien au fait que j'écris des histoires pour les gens, il n'y a aucune autre prétention derrière ce que je fais.

Lana
Vas-y Sklaerenn.

Sklaerenn
Sire Cédric, tu disais qu'avant d'être auteur, il fallait être lecteur. J'imagine qu'on t'a déjà posé la question mille fois, mais voilà : as-tu des auteurs préférés ? Es-tu plus Lovecraft ou Proust ? Ou es-tu du genre à n'avoir aucun à priori et à lire quelque chose juste sur un coup d'inspiration ?

Sire Cédric
Je n'ai aucun a priori, en revanche j'ai des goûts personnels ^^
Sire Cédric : Je ne supporte pas les livres mal écrits. Ce n'est pas de l'élitisme, les séries de romans de gare de type SAS ou autres sont très bien écrits et respectent le lecteur. Mais tu cites Lovecraft par exemple, et j'ai beau respecter l'univers qu'il a conçu, ce type écrivait comme un enfant de 13 ans. C'est mignon chez un enfant de 13 ans, ce n'est pas lisible en tant que littérature pour moi.
Je reste curieux de tout, mais dans l'ensemble, souvent, je suis atterré par les autofictions ou les livres pseudo intellos de littérature blanche qui sont des arnaques totales
J'ai toujours en tête Truismes de Marie Darriessecq, qui m'excusera d'avoir sans doute mal écrit son nom, mais bref si cette femme avait été là quand j'ai lu son livre je pense que je lui aurais mis une paire de baffes. Pour moi, s'il y a une chose qu'un écrivain n'a pas le droit de faire, c'est de se moquer de son lecteur. Truismes se fout ouvertement de la gueule du pauvre lecteur.
Mais c'est un exemple parmi d'autres.

Lana
Leslii, tu avais une question avant que je ne pose la toute dernière question de la séance (et oui, l'heure tourne !) ?

Leslii
Oui, ma question ! Enfin... Ce serait plus un conseil, mais comme tu as de l'expérience, j'en profite ^^'
En fait, j'écris depuis le collège et tout le monde a toujours aimé mes écrits. Encore aujourd'hui, j'aime que mes écrits plaisent à ceux à qui je fais lire, y compris mes professeurs, je souhaite leur faire plaisir, Mais en ce moment je perds toute confiance et je me dis que c'est peut être impossible pour moi de faire ce métier que j'aime tant... Alors, vu qu'apparemment tu as aussi eu des moment de... euh... déprime ? Je sais pas comment dire, pourrais-tu me conseiller ?

Sire Cédric
Alors. Déjà, si tes écrits plaisent, c'est une très bonne chose.
Je suis la preuve (et je ne suis pas le seul) qu'on peut faire ce métier et en vivre.
Il ne faut jamais baisser les bras, c'est ça l'essentiel.
Et surtout, s'améliorer en permanence.
Il y a deux aspects, d'une part notre propre capacité à inventer des histoires passionnantes, ce qui n'est jamais facile, et d'autre part réussir à entrer dans le milieu de l'édition qui est assez difficile. Mais tout cela repose sur la passion. Si tu es faite pour ce métier, je peux te dire que tu le feras quoi qu'il arrive.
C'est le seul handicap de ce métier, je crois, le fait qu'il est dévorant, que c'est à la fois un métier et notre putain de vie. Et qu'on ne s'en détache donc jamais. Je pense que cela rendrait folles certaines personnes, sérieusement.
Mon conseil, donc, est simple, ne baisse pas les bras, mais ne te pose pas de question. Continue d'écrire. Et à chaque nouvelle histoire que tu écris, essaie de mettre la barre plus haut, en testant des techniques, pour que les dialogues sonnent plus vrais, pour que certaines scènes soient vraiment tristes, ou érotiques,, ou amusantes...
Et ne te mets pas la pression ^___^

Leslii
D'accord... M'améliorer.
Je vais essayer ^^' Ca, je ne peux pas promettre, tout me fait stresser -.-

Sire Cédric
^___^
Voilà.

Lana
Voici la toute dernière question de la séance : j'ai cru comprendre qu'un troisième volet des aventures d'Eva et du commandant Vauvert allait paraître et qu'il allait clore la trilogie initiée par « De fièvre et de sang » et « Le premier sang ». Peux-tu nous en dire deux mots sur ce dernier opus et sa future date de publication ?

Sire Cédric
Non.
Hahahahaha.
Si ce n'est que ce n'est pas un "dernier opus". Simplement qu'Alexandre et Eva reviendront l'an prochain.
Je ne me projette pas. Je sais que j'ai envie d'écrire un autre, peut-être même encore un suivant, avec ces deux-là, mais on verra. J'ai toujours suivi mes envies au moment. J'ai des choses à écrire sur eux, des choses à leur faire vire, mais je ne veux pas me lasser non plus. L'écriture est aussi quelque chose de très ludique pour moi.
Voilà ^______________^

Lana
Il est malheureusement déjà l'heure de clôturer la séance et de libérer notre invité. Un grand merci pour ce partage, Sire Cédric. Personnellement, j'ai beaucoup apprécié cet échange enrichissant. J'espère que tu as passé un bon moment aussi et que nous aurons l'occasion de t'accueillir à nouveau.

Sire Cédric

Hahaha. C'était très sympa vraiment merci à vous.
Bonne soirée à tout le monde. Et j'espère à bientôt au détour d'un salon (Nathy, Sklaerenn le savent)
Lisez des livres ^^
RDV aux Imaginales !



22h48, Fin de la séance



** Tous droits réservés au blog Les Chroniques de Lana ** 

 Ne pas utiliser sans autorisation. Merci. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire